Un avenir pour l’Europe

Nous pouvons constater que plus les années passent, plus l’Union Européenne devient défectueuse. Cependant, ce n’est pas à cause du fait que les pays européens ne sont pas faits pour travailler ensemble mais plutôt à cause du fait que le projet européen a mal été construit dès sa création en 1952. Dans l’espoir de ne pas abandonner cette idée d’un rêve européen, il faudrait en quelque sorte reprendre à zéro le projet proposé par Schuman. Pour comprendre quel serait le chemin à suivre, il suffirait simplement de faire un parallèle entre la construction des Etats-Unis d’Amérique et la construction de l’Union Européenne. Cependant, la faute doit aussi retomber sur les citoyens européens qui attendaient que ce processus d’alliance entre tous les états se fasse en un seul jour. Il ne faut pas oublier qu’il a fallu plusieurs siècles à chaque pays pour passer du village à la province, de la province à la région, et enfin de la région à la nation. De plus, souvenons-nous que le premier échec de l’union américaine fût la guerre de Sécession avec des conséquences désastreuses pour tous les états. Il est d’ailleurs probable qu’à la destruction de l’Union Européenne, une nouvelle guerre éclate entre les pays européens par pure folie nationaliste avec, à nouveaux, de lourds dommages pour tous les citoyens de chaque pays. Cependant, il est clair que pour que l’Europe puisse rester un modèle influent face aux autres puissances mondiales telles que les Etats-Unis d’Amérique, la Russie, la Chine, l’Inde, la Turquie, … elle se doit de rester unie.

Cependant, la création d’une nouvelle Union Européenne, qu’on appellera désormais tout simplement « l’Union », ne signifie pas à nouveau 28 pays « unis » sous le même drapeau; d’ailleurs seuls cinq des six pays fondateurs chérissent encore l’esprit européen et ce qu’il représente contrairement à d’autres qui ne favorisent que leurs intérêts personnels. Entre le Royaume-Uni à l’Ouest, la Scandinavie au Nord, la Russie à l’Est et les pays méditerranéens au Sud, seuls les pays de l’Europe Occidentale peuvent s’allier pour former cette nouvelle union, à savoir une alliance des pays franco-germaniques tels que l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la France, le Luxembourg, la Suisse et les Pays-Bas. Une nouvelle union de uniquement 7 pays avec comme langues officielles, non pas les 28 actuelles, mais seulement l’Allemand et le Français. Cela voudrait donc dire que les citoyens des pays germanophones auront à apprendre le français et les pays francophones auront à apprendre l’allemand, pour permettre à tous ses habitants de se déplacer dans chaque état sans ressentir une barrière culturelle à cause de la langue.

Ensuite, il faudra aussi mettre l’Union sous une seule et même autorité avec une élection où tous les citoyens européens de chaque état sera invité à voter pour élire le président de l’Union. Tout comme les Etats-Unis d’Amérique ont un président au dessus de tous les états, il en sera de même pour cette nouvelle alliance; avec bien entendu des pays plus importants sur le plan électoral que d’autres comme nous avons des états américains plus importants que d’autres dû à leur nombre d’habitants et à leur superficie. Il est d’ailleurs probable que dans la majorité des cas, le gagnant de ces élections soit d’origine française ou allemande mais cela ne signifie réellement rien d’important, de la même manière qu’un candidat berlinois ou parisien n’arrivent pas forcément à la présidence de son pays. Cependant, le système des élections américaines ne sera pas adopté dans ce nouveau modèle, faisant qu’un état gagné à majorité ne signifie pas l’ignorance du reste de la population. Cependant pour que ce système de présidentielle soit possible, il faudra faire une croix sur tous régimes monarchiques, oxymore à l’idée de démocratie, et adopter un régime républicain.

Concernant la monnaie et les frontières, il va de soi que l’idée d’une monnaie unique avec une frontière regroupant les 7 pays soit suivie puisqu’il s’agira désormais d’un seul et unique grand pays. A nouveau en reprenant exemple sur le modèle américain, nous pouvons constater des écarts du niveau de vie parfois importants entre certains états sans devoir forcement établir une monnaie pour chacun. Cependant, il sera impossible pour un état d’agir indépendamment des autres, comme nous avons pu le constater à travers la crise syrienne où l’Allemagne à pu accueillir 1 million de réfugiés dans l’espace Schengen sans demander d’autorisation et sans se soucier des répercussions que cela engendrerait sur les pays voisins. Désormais un contrôle strict des frontières serait fait, de sorte que l’entrée dans l’Union ne soit plus aussi facile qu’aujourd’hui et surtout qu’aucun état ne puisse agir de manière isolée, puisqu’il sera dorénavant sous la tutelle d’un président commun à chaque état et que ce même président aura pour but de protéger l’Union des menaces extérieures.

D’ailleurs, une preuve supplémentaire que l’Union Européenne d’aujourd’hui n’est pas réellement unie comme elle devrait l’être puisqu’il suffit de voir les réactions de chaque pays quand un attentat, qu’elle qu’en soit la source, est commis. Quand la ville de Paris fût attaquée en 2015, ce n’était pas l’Union Européenne au complet qui était en deuil mais seulement la France, en revanche, quand la ville de New York fut attaquée  en 2001 ce n’était pas uniquement l’état de New York qui était en deuil mais toute l’Amérique au complet. C’est sur des points comme celui-ci que nous voyons que la mise en place d’un esprit européen commun aux 28 états membres fut un véritable échec.

Pour conclure, le fait que chaque état se retrouve sous une même autorité ne signifie pas la fin de la souveraineté nationale, mais bien au contraire il s’agit d’une extension de celle-ci à cette nouvelle alliance. De la même manière que les Etats-Unis d’Amérique ont du passer par plusieurs étapes avant de former leur pays, la construction de l’Union prendra aussi des décennies voire des siècles. Cependant, il serait favorable à toutes ces nations et à tous leurs citoyens d’éviter une guerre dévastatrice avant de comprendre qu’une union de plusieurs pays européens est la seule solution pour l’Europe. Il faudra que chaque nouvelle génération comprenne et travaille à la prospérité et à l’évolution de ce rêve annoncé hier, rendu impossible aujourd’hui, mais toujours envisageable demain.

L. Cohen

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :