La beauté de l’adoption

Pierre Berger, il y’a de cela quelques temps, s’est permis d’exprimer son avis sur l’adoption en déclarant durant une interview : « Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? ». Phrase devenue par la suite polémique, du fait qu’il déshumanisait les individus considérés, ne faisant d’eux que de simples outils ayant pour but de satisfaire les classes sociales supérieures.

Mais serait-il possible de considérer l’adoption différemment ? On attache souvent cette pratique à un luxe de riches occidentaux qui se permettent d’acheter une vie sans qu’elle le décide, et de faire subir une séparation traumatisante à la mère qui porta l’enfant. Cependant, seulement 1000 enfants furent adoptés et amenés en France en 2016; chiffre assez insignifiant en comparaison avec les 785 000 nés dans le pays durant la même année.

Aussi, n’est-il pas d’un certain point de vu assez beau de voir une mère se sacrifiant, elle et son enfant, pour permettre à une autre de connaitre la joie d’élever elle aussi un nourrisson. Sans parler des conditions bien meilleures dans laquelle ce nouveau né se retrouvera, et des chances de réussites plus importantes qu’il lui seront offertes.

De plus, sur les 1000 précédemment cités, un quart vient de la République Démocratique du Congo, où le taux de mortalité infantile frôle des sommets avec un taux de 75%, à l’inverse de la France ou ce chiffre n’atteint que les 3,5%. Alors l’adoption est-elle vraiment un pratique barbare et sans coeur que les occidentaux utilisent, ou une chance pour des enfants nés au mauvais endroit du globe ?

L. Cohen

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :