La trilogie Alph Lauren

Alpha Wann, achève en 2018 la trilogie Alph Lauren débutée en 2014. La sortie est annoncée à la grande surprise du public, même si cela se trouve être la tendance du collectif 1995, comme Nekfeu pour Cyborg et Sneazzy pour DBSS. Le rappeur en profita par la même occasion pour divulguer l’information d’un futur album solo à venir dans les prochains mois.

Contrairement aux précédents EP’s, Alph Lauren III réussit enfin à satisfaire la critique et promet un prochain album qui mérite de l’attention. L’écoute des huit titres se voit être plaisante et l’EP peut être écouté sans donner l’envie de passer certains sons ennuyants. Le projet présente plusieurs thèmes dont trois prédominants, à savoir : Richesse, Egotrip et Fierté Raciale. D’ailleurs la plupart des titres inspirent un lieu ou une marque difficile d’accès au commun des mortels.

A travers tout l’EP, Alpha Wann oppose le thème de la  richesse, à une réalité qu’il vit au quotidien et à son manque d’argent ne le permettant pas d’assouvir ses plaisirs exotiques. De plus, et comme à l’habitude des rappeurs, la flatterie personnelle, aussi appelée « égotrip », est utilisée pour embellir la banalité de la vie vécue qui se rattache souvent au thème de la richesse. En revanche, elle compare les hommes méritants et corrompus dans le but d’excuser certains comportements critiqués à cause de la situation dans laquelle sont placés les personnes défavorisées. Enfin, l’idée de fierté raciale, le terme n’a pas de connotation négative mais est un simple constat, est aussi revendiquée tout au long du projet. Alpha Wann montre l’injustice faite aux peuples africains durant la colonisation, exprimant le fait que même si cette époque est révolue, le continent reste sous-développé et a besoin d’investissements (financiers, sociaux et intellectuels).

Concernant les choix artistiques, un seul reste discutable. A savoir l’intro de Courchevel qui ternit malheureusement le morceau. Hormis cette erreur regrettable, le rappeur confirme son talent de rimeur incontesté. Toutes les prods sont bien alliées à la manière qu’a Alpha Wann de rapper. De plus, les deux feats sont eux aussi très bien choisis, notamment le duo avec Doums, membre de l’Entourage, toujours plaisant à retrouver dans un son.

Le projet est donc une réussite au niveau artistique, pourtant il ne serait pas étonnant de le voir s’estomper rapidement auprès du public au vu du succès secondaire de l’artiste et de ces deux précédents EP’s.

L. Cohen

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :