Le laid c’est le beau

En ces jours de grands rassemblements nationaux derrières les écrans, il est normal que l’actualité ne puisse qu’être orientée sur l’événement le plus important de l’année à savoir la coupe du monde de football. Alors que cette période devrait être le symbole d’unité et de patriotisme, certaines personnes ne le voit malheureusement pas de cet avis.

La FIFA est désormais accusée de sexisme pour son toupet d’afficher face à des centaines de millions de téléspectateurs, des femmes qui correspondraient aux critères de beautés actuels. Il est vrai que durant les matchs, les personnes en charge de filmer le public mettent en lumière certaines heureuses élues par le simple fait de leur plastique. Malgré tout, et dans ces cas uniquement, il s’agit effectivement de sexisme puisque la femme aurait comme critère d’affichage son physique en contraste avec l’homme ayant pour critère son amour footballistique. Même si voir des hommes au torse dénudé, au corps enveloppé et à l’hystérie accrue par l’ivresse, n’est pas non plus l’image la plus flatteuse.

Cependant, il est quand même possible de contempler des supporters (masculins et féminins) arborant fièrement les couleurs de leur pays et ce même si certains habillages frôle le ridicule. Tout comme des supporters opposés sur le terrain mais réunis dans les tribunes célébrant dans la joie et la bonne entente cet événement historique.

D’ailleurs, le fait d’avoir vu des femmes de pays arabes, tout d’abord autorisées à rentrer dans les stades alors qu’elles en sont « normalement » interdites, osant se montrer sans leur voile pour partager quatre-vingt-dix minutes d’euphorie auprès d’hommes sans risquer aucune condamnation comme elles pourraient subir dans leur propre pays restera une image importante que le féminisme devrait garder en mémoire pour continuer son combat contre des gouvernements où la femme reste soumise à des règlements sexistes et obsolètes.

De plus, et d’après certains analystes politiques, cette pression viendrait justement de pays moins ouverts à l’émancipation de la femme dû au fait qu’il est justement interdit d’afficher aux yeux d’un homme des parties corporelles pouvant insuffler un désir primitif. Le combat est certes compréhensible quand il s’agit d’un contexte occidental, en prenant en compte les échos de l’affaire Weinstein et du mouvement #BalanceTonPorc, mais cela pourrait aussi être une simple manigance qui légitimerait le non-affichage de femmes à la prochaine édition au Qatar.

L. Cohen

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :