Moise – Acte I, Scène V

SCENE V – ETERNEL, MOISE

 

ETERNEL

Alors cher serviteur tu pars voir Pharaon ?

Quels seront tes propos ? Prends aussi ton bâton.

MOISE

Je vais en espérant qu’il accepte et comprenne,

Que cela doit cesser, arrêtons cette haine,

Il est comme Aaron, un frère tant chéri,

Disputes il n’y aura pas, mais bienfaits accomplis,

Arrangeant le problème en laissant repartir,

Les esclaves d’hier, en quête d’avenir.

ETERNEL

Crois-tu en tes propos ? Cela serait bien fou,

De penser que Ramsès vous renverra chez vous.

Vous êtes sous son joug, accomplis ta mission,

D’être pour tous les tiens le sauveur de Sion.

Gardes donc à l’esprit qu’un peuple vois en toi,

Une personne alliée, et non l’ami d’un roi.

MOISE

Ensemble lui et moi grandîmes côte à côte,

Mon frère et vieil ami, ne commettra la faute,

De s’opposer à moi pour montrer son pouvoir,

Et face au Pharaon, je lui ferai savoir…

ETERNEL

Tu reviendras à moi, prépare ta défaite,

Il ne t’écoutera point, tu n’es pas son prophète,

Ramsès veut soumettre chacun des opposants,

Qui contrarie à son règne et serait menaçant.

Si ta demande échoue et ce sera le cas,

Préviens-lui des malheurs que ton Dieu enverra,

Je prévois pour l’Egypte une peine divine,

Chacune s’abattra en cas d’indiscipline,

De ton soi-disant frère à qui je prends le fouet,

Pour lui montrer l’horreur de Dieu et ses dix plaies.

MOISE

D’après toi je me trompe alors revois ton choix,

Si tu sais que j’ai tort pourquoi me choisir moi ?

Cela a trop duré, libérons les esclaves,

Aux risques de malheurs désastreux et bien graves.

Ton annonce est horrible et quel destin funeste,

Tu prépares à l’Egypte une sanction céleste !

Pour ses gens qu’il dirige et qui furent des miens,

Celui dont il est roi, celui des Egyptiens.

Essayons donc plutôt de viser une entente,

Cela épargnera bien des pertes sanglantes.

Acceptons la raison avant toutes les plaies,

Et si cela échoue alors je t’appellerai.

Je continue de croire en la bonté humaine,

ETERNEL

Vois-tu ce que je vois ?

MOISE

                                            .Que cela te surprenne,

Je le constate aussi mais cela va changer,

Mon frère s’est perdu, je viens le retrouver,

Lui montrer le chemin qu’il n’a pas emprunté,

Par la même occasion, les hébreux délivrés,

Pourront quitter l’Egypte et partir librement,

Dans ce lieu désiré, terre de Canaan.

 

L. Cohen

Moise disponible sur Kindle

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :