Immort’L – L’exilé

Ton unique défaut fut d’écrire en latin,

Cette littérature est certes magnifique,

Mais depuis le français à pris rôle mythique,

D’amener l’art d’écrire sur le mont Palatin.

 

Cependant quel lecteur voudrait te voir périr ?

Alors que de ton temps et même de l’au-delà,

Tu fus être immortel que cela plaise, ou pas,

A l’auguste empereur qui osa te bannir.

 

Mais la postérité préserva tes écrits,

Maintenant la culture apprend tes manuscrits.

Et de ta chère plume, en sommes-nous avides ?

Tes oeuvres apportèrent une eau pour s’abreuver,

Car tu es l’écrivain par la Muse inspiré,

Désormais constatons le monde d’une eau vide.

 

L. Cohen

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :